Vendredi 18 mai 2018

La libération définitive (Hébreux 9,11-15)


Lire le texte

Le Christ est maintenant le grand prêtre des biens à venir. Le lieu de la libération définitive n’est plus dans une tente restrictive ni dans un tabernacle sous clé. La tente nouvelle est plus grande, elle est parfaite. Le temple nouveau n’est plus de pierre ni de béton. Le Christ est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire. L’assignation est au cœur de la rencontre avec Dieu. Contre-image du temple juif, le retournement est complet puisque les pratiques ne sont plus nécessaires pour obtenir le salut. C’est la critique sans appel des institutions ecclésiastiques qui pratiquent le rachat par les œuvres. La libération advient en entendant la Parole et en comprenant son action. L’image du sang porte d’abord sur la vie, du sang qui circule, irrigue et oxygène. Le sang du Christ n’est pas une parole morbide, mais une volonté libératrice de tous les sacrifices expiatoires qui ne mènent nulle part. Le Christ lui-même remplace l’institution sacrificielle selon l’évangile de Marc 14,24: «Et il leur dit: ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui est répandu pour plusieurs.» Le service du Dieu vivant devient prioritaire, non pas pour obtenir quelque chose de Dieu, mais pour lui dire merci de la libération accordée. Le Christ est ainsi le médiateur d’un nouveau témoignage, la promesse de l’héritage éternel.

Jean-Jacques Buard

Prière: Pour que Jésus-Christ nous libère de tout esclavage dans la communion de la coupe de l’alliance.  

Référence biblique : Hébreux 9, 11 - 15

Commentaire du 19.05.2018
Commentaire du 17.05.2018