Mercredi 16 mai 2018

Une alliance nouvelle (Hébreux 8,1-13)


Lire le texte

L'Ecole d’Alexandrie appelée aussi Didascalée, fut une des grandes écoles théologiques des premiers siècles de l’ère chrétienne. Sa méthode théologique était de préconiser une lecture symbolique et allégorique. Dans ce contexte, grande a été l'influence de la philosophie de Platon et du néoplatonisme. L’argumentation de l’épître est difficile à comprendre sans se mettre au diapason de cette manière de lire et d’écouter l’Ecriture. Les prêtres offrent des dons et des sacrifices, mais le culte est ainsi rendu à une esquisse et non pas à l’original. Le ministère du Christ est supérieur, car il est le médiateur, le seul. C’est une alliance nouvelle. Même si le texte explique qu’une alliance nouvelle remplace une alliance devenue ancienne, le renouvellement d’une alliance par une autre ne signifie pas le rejet de la précédente. Il n’y a pas ici les prémices d’une fausse théologie de la substitution. Les alliances successives s’enchaînent en s’adaptant aux situations de l’anthropologie biblique et des aléas de l’histoire. L’alliance est adamique, noachique, abrahamique, mosaïque, davidique, prophétique, christique. L’alliance de Dieu demeure avec l’humanité «pars pro toto – une partie pour le tout –» avec Israël, voire son reste. Le renforcement n’est pas une métamorphose, mais une relève, voire une progression. L’alliance avec Israël, peuple juif, continue, car Dieu est fidèle. Cependant, une manière de voir s’installe, celle d’un renouvellement de l’alliance.

Jean-Jacques Buard

Prière: Pour que Jésus-Christ soit notre médiateur  

Référence biblique : Hébreux 8, 1 - 13

Commentaire du 17.05.2018
Commentaire du 15.05.2018