Mardi 12 septembre 2017

Qu’est-ce qui compte le plus? (Luc 16,10-13)


Lire le texte

A lire ces versets, il nous est demandé d’adopter une belle éthique très protestante: être fidèle dans les petites choses pour être fidèle dans les grandes. Etre digne de confiance pour ce qui touche à l’argent trompeur, afin de se voir confier le joyau de l’Evangile. Etre digne de confiance dans les affaires qui ne nous appartiennent pas; servir Dieu et non l’argent. Voilà qui invite à la loyauté, à l’honnêteté, à la droiture, valeurs souvent prônées et bénéfiques pour une transparence et une équité économiques. On ne peut qu’approuver! Sauf que… sauf que ces paroles résonnent de manière bien étrange après la parabole du gérant habile qui se sachant bientôt licencié pour cause de mauvaise gestion se fait des amis en diminuant artificiellement leurs dettes (voir vv. 1-9). Voilà que le maître s’empresse de chanter les louanges de ce gérant qui utilise l’argent pour se faire des amis en prévision des temps difficiles. Ce serviteur n’est justement pas au service de l’argent, mais il sait s’en servir pour alléger les vies et améliorer les relations. Voilà le point commun à toutes ces paroles: ce qui compte, c’est la vie relationnelle entre les humains, car en elle se niche la part divine de nos vies. Là, et non dans le profit trompeur!

Daphné Reymond

Prière: Seigneur, je désire que dans ma vie, la priorité soit toujours l’amitié, l’amour, la relation qui seuls comblent les cœurs et donnent sens à l’existence. Quant à l’argent, je veux oser m’en servir sans jamais le servir… Aide-moi sur ce chemin-là.  

Référence biblique : Luc 16, 10 - 13

Commentaire du 13.09.2017
Commentaire du 11.09.2017