Mercredi 17 octobre 2018

Etre fidèle ou figé ? (Apocalypse 2,18-29)


Lire le texte

Ici, la consommation des viandes sacrifiées aux idoles constitue une abomination, condamnée sans concessions. Tandis que dans la première lettre aux Corinthiens (1 Co 8,1-13), cette consommation est tout à fait possible pour un chrétien. Comment comprendre une telle contradiction ? D’abord, en ne cherchant pas à la nier. La Bible n’a pas besoin d’être sans contradictions pour être l’écrin de la Parole de Dieu pour nous. Ensuite, en remarquant que des réponses différenciées à une même question indiquent des contextes très différents. Dans un cas (les Corinthiens), l’exercice de la liberté chrétienne dans un contexte « ouvert » permet la consommation de ces viandes. Dans un autre (l’Apocalypse), les persécutions menaçantes rendent indispensable le rejet de cette consommation pour maintenir une identité forte. Bref, la Bible elle-même nous enseigne que la fidélité évangélique implique des réponses variables selon les circonstances. Tenir ferme, ce n’est donc pas rester figé dans une posture ancienne. Tenir ferme, c’est être toujours attentif à ce que l’Esprit dit aux Eglises aujourd’hui, pour veiller à ce que l’Evangile soit pertinent dans le contexte d’aujourd’hui. Ce qui implique de changer de comportement, au nom de la fidélité.

Didier Halter

Prière: Que ton Esprit, ô Dieu, nous donne de ne pas confondre fidélité et rigidité, permanence et immobilisme, liberté et inconsistance.  

Référence biblique : Apocalypse 2, 18 - 29

Commentaire du 18.10.2018
Commentaire du 16.10.2018