Le culte des Rameaux 2016 verra le baptême de 5 jeunes ainsi que la confirmation de 14 catéchumènes ! 

Vous trouverez ICI le texte de la prédication du Pasteur Bernard Boley de ce culte des Rameaux 2016

Voici les paroles des catéchumènes qui feront leur confirmation ce dimanche 20 mars. Vous pourrez les lire en cliquant ICI: Paroles des catéchumènes 2016

Durant le culte, une très belle prière d’un ancien pasteur de St-Saphorin, André Chapuis, sera lue. Nous voudrions la partager avec vous.

La Prière
Dans le baptême des enfants et des adultes,
Dans le pain de la Cène et dans le vin,
Là où deux ennemis se réconcilient,

Là où un homme capitule et avoue :
Je ne suis rien, je ne peux rien,
Tu es tout,
Là où la Parole est ouverte et crue,
Là où des hommes et des femmes Le saluent et Le louent,
Là où enfin, une voix monte et dit
« Seigneur, me voici, pour faire ta volonté »,
Jésus est présent au milieu de nous.

Tout le problème, tout le drame : Christ est là,
Unique et merveilleux,
Et le paralysé et tous les paralysés du monde
attendent et se morfondent  dans leur chambre.
Et j’ai bien peur qu’à force d’attendre,
il y en ait de plus en plus qui classent Jésus
au compte des mythes et des légendes.
Tout le problème, c’est de créer le contact,
le paralytique et le Christ,
De les mettre en présence l’un de l’autre.

Quatre hommes de la petite ville y ont pensé
Et je ne sais plus si c’est à Capernaüm ou à Moudon,
Quatre hommes y ont pensé
Qui sont entrés chez le paralytique,
L’ont pris à bras-le-corps,
L’ont déposé sur une civière,
L’ont hissé sur leurs épaules,
Et à travers rues et places,
Se sont dirigés vers Jésus.

Saluez ces quatre homme qui passent
entre les maisons de la ville,
Saluez ces quatre gens de chez nous,
paysans, commerçants, fonctionnaires,
Saluez, il y a ici plus que quatre hommes,
plus que quatre braves cœurs et plus que de solides épaules !

Saluez, c’est la prière qui passe dans les rues de la ville
C’est la prière qui porte à Jésus la détresse d’un homme
C’est la prière qui fait ce que la bonne volonté,
ni la révolte, ni la pitié des autres ne pourront jamais faire,
Qui enlèvent de son grabat cette détresse et la déposent devant le Christ.

La prière : un contact vivant avec le Christ, un contact d’homme à homme,
En tête-à-tête,
Des bras qui s’emparent de votre misère
Et la déposent devant le Christ.

André Chapuis, Pasteur à St-Saphorin de 1960 à 1973. (publié dans La plénitude du grand arbre, Editions Ouverture, 1987, p.57)